Trop boire n’est pas bon !

boireMa petite femme s’est enfin résolue à sortir un peu de son nid douillet (enfin, je le crois plus ou moins). Elle s’est rendue à Treichville chez sa sœur pour passer une semaine. Je suis seul dans notre foyer. En plus de tourner en rond à chercher du travail, un travail qui semble avoir pris un vol en aller simple pour Je-ne-sais-où, je dois faire le ménage.

Je frotte, les dents serrées, des assiettes rebelles qui refusent de blanchir. La pauvre petite marmite noircie par la fumée m’attend l’air impassible dans l’autre coin de la pièce. En me retournant pour prendre le savon, je renverse malencontreusement un verre qui se brise en morceaux. Je ramasse les morceaux de verre et je me coupe le doigt.  Une boule de feu commence à me monter à la gorge. Je suis presque sur le point de craquer et pleurer comme un enfant  tant tout me semble difficile et impossible à faire. Dès cet instant, j’ai une pensée affectueuse pour ma petite femme qui est obligée d’accomplir toutes ces tâches ingrates et ennuyeuses tous les jours. Au moment où je m’apprêtais à tout laisser tomber, mon téléphone sonne. Un ami m’invite à sortir un peu pour passer du bon temps.

04 h du matin ; Je rentre chez moi après une nuit bien arrosée en compagnie de mon bienfaiteur d’ami. Confondant la clé et mon doigt, je tente vainement d’ouvrir la porte. J’échoue, recommence, échoue, recommence encore….

05 h. J’en suis encore à mes infructueuses tentatives, maudissant le propriétaire de la maison et le menuisier qui a fait la porte. Mes bruits réveillent le voisin qui court à mon secours. Je rentre enfin chez moi. J’ai à peine le temps de fermer les yeux que l’alarme de mon portable hurle de colère à mon endroit. Je dois aller à la recherche de mes illusions. Je verse péniblement de l’eau sur moi et m’habille en titubant.

Au kiosque à café de Diallo, je commande une tasse de café et un long morceau de pain. Diallo me fixe bizarrement ayant remarqué mes yeux tuméfiés par le sommeil et la fatigue. J’ai une terrible gueule de bois et une folle migraine qui bouillonne dans ma tête. Je réussis avec peine à avaler le café et je me lève pour partir. Confortablement installé dans le gbaka, les cris de l’apprenti m’agacent. Je glisse les oreillettes de mon écouteur dans les oreilles et mets une bonne vieille chanson que j’aime: Katin de Jess Sah Bi et Peter One et je commence à somnoler.

Une main nerveuse et horriblement rugueuse me secoue violemment l’épaule gauche: « Mon Vié, on est arrivé ! ». Je sors lentement de ma torpeur et jette des coups d’œil stupéfaits autour de moi. Je suis à Adjamé. Merde, j’ai loupé mon arrêt!

Maintenant je dois refaire le trajet en sens inverse. En revenant, je fais l’éternel vœu des buveurs invétérés d’alcool: « je ne boirai plus jamais ». De toutes les manières, j’en suis à mon quinzième vœu. J’espère cette fois ne pas rater mon arrêt.

3 thoughts on “Trop boire n’est pas bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.